Théorie de la création d’un site pour son entreprise

De nos jours, créer un site pour son entreprise est presque une formalité, et est donc à la portée de tous. Mais il faut savoir exploiter cette possibilité au maximum.

Vu le titre de l’article, je ne parlerai pas de création de site web. Mais plutôt des aspects inhérents et trop souvent oubliés pour laisser part à la partie technique ou aux dernières fonctionnalités à la mode.

Faire un site “parce que”

L’erreur la plus commune des entrepreneurs c’est de réaliser un site parce qu’il faut un site. Le biais de cette approche c’est qu’au lieu de dynamiser l’activité, le site devient finalement une tâche supplémentaire à accomplir. Puisque les plus motivés iront y poster quelques articles, voire des mises à jour, dans le cas d’un site vitrine.

Mais avoir un site sans savoir à qui il s’adresse est une mauvaise approche. Pour exposer le propos, prenons le cas d’un site vitrine pour un restaurant.

Connaître sa cible

Un restaurant fait donc un site internet. Mais comment le structurer ? En copiant le site de la concurrence ?

Il faut savoir ce que vos prospects cherchent en allant sur votre site. Il faut savoir exactement quelles sont les informations que la plupart des visiteurs veulent consulter.

Dans le cas d’un restaurant ça peut sembler évident. Mais le piège est là. Si vous tenez un restaurant chinois, italien, ou d’une autre spécialité, le visiteur sait implicitement ce qu’il trouvera sur votre carte. Ce n’est peut être pas l’information dont il a besoin immédiatement.

Autre cas. Les clients d’une enseigne de fast-food ne sont pas les mêmes qu’un restaurant 4 étoiles. En tous cas pas simultanément.

Par exemple, le client d’une enseigne de fast-food veut manger quelque chose de pas cher et bourratif, tandis que le client du restaurant 4 étoiles n’est pas tant intéressé par le prix, mais veut avant tout vivre une expérience gustative hors du commun.

Rien cet élément permet déjà de structurer un site. En effet on pourra mettre le prix en avant, voir effectuer des offres promotionnelles pour le fast-food. Alors que pour le restaurant 4 étoiles, on peut mettre en avant le savoir faire du chef, l’histoire du lieu si le cadre est exceptionnel, etc.

Définir son call-to-action

Pour généraliser, un “call-to-action” c’est un élément comme un formulaire ou un bouton qui permet d’enclencher une action qui va entraîner une “conversion”.

Il faut donc définir ce qu’est une conversion pour votre business model. Pour rester sur l’exemple des restaurants on peut penser que forcément le but c’est de vendre des commandes.

C’est pour cela qu’il faut connaitre sa cible.  Le client du fast-food cherche à manger tout de suite, donc il veut commander quelque chose, voire se faire livrer ! Tandis que pour le 4 étoiles, le client n’est pas forcément pressé, il veut peut être réserver une table ou découvrir le cadre.

Donc grâce à la connaissance de votre cible , vous pourrez définir un call-to-action cohérent avec les attentes de vos clients et pas l’inverse.

 

Faire du Benchmark

Et pour définir si le site pour son entreprise répond bien à l’objectif de départ d’augmenter les réservations de table du fameux restaurant 4 étoiles, et bien il faut mesurer tout cela.

Mais le mesurer de manière intelligente, pas avec des bullshit metrics. En quoi est-ce productif de connaitre la durée de session et le nombre de page visités sur un site d’un restaurant ?

Mais par contre le nombre de clients qui ont regardé la carte peut être intéressant.

Un exemple de bullshit metrics pour ce cas :

  • Durée des sessions
  • Nombre de visites par mois
  • Navigateur utilisé puisque c’est mobile first, de toutes façons.
  • Le Bounce rate

et la vraie métrique :

  • Nombre de visites par jour
  • Page la plus visitée
  • Localisation des visiteurs
  • Taux de conversion

Faire un site pour son entreprise n’est pas simple

Faire un site pour son entreprise et s’en laver les mains tout de suite après n’est pas la bonne stratégie, surtout si vous avez une grosse activité. Un site, ça s’entretient. Ça se met à jour. C’est interactif.

Par exemple une entreprise qui a des articles de blog mais dont le dernier post date de 4 ans, ne donne pas franchement envie de passer commande.
En revanche, un site qui poste régulièrement et qui envoie une newsletter tous les mois à la même date dégage une grande impression de stabilité et de sérieux.

Faire un site, demande une véritable volonté s’il est envisagé comme un éventuel levier de développement futur.

 

Contactez-moi

Si vous avez besoin d’un conseil pratique, d’un avis, ou simplement d’échanger, n’hésitez pas.



Stephen B

Développeur informatique passionné de numérique et de technologie au sens large du terme.